La méthode BISOU ou comment "décroître" en douceur

Publié le par celine

La méthode BISOU ou comment "décroître" en douceur

Lorsqu'on démarre sa mue vers une vie plus sobre, plus économe, on découvre rapidement la méthode BISOU. Alors déjà cette méthode a un nom sympa, qui donne envie de s'y intéresser....un ou des BISOU, ça attire toujours et on a envie d'en avoir 💋!

En plus d'avoir un nom sympa, cette méthode permet, sans grands efforts, de réduire sensiblement sa consommation, ses achats neufs, bref de "décroitre" (au moins un peu). Pourquoi? parce qu'elle nous fait poser les questions qu'on nous fait évidemment oublier dans notre société de surconsommation. Aujourd'hui tout est fait pour qu'on ne se pose surtout pas de question avant de consommer. L'injonction reste "consommer/ acheter/ produire", toujours plus, toujours plus souvent!

La méthode BISOU nous oblige simplement à marquer des pauses avant de se lancer tête baissée dans les achats, et en marquant ces pauses, bien souvent....on passe à autre chose et on n'achète pas.

Pour ce qui me concerne, c'est clairement la méthode qui a eu le plus d'impact sur ma consommation.

Bon mais après avoir dit tout ça, la question qui vous tarode est donc: c'est QUOI cette méthode BISOU???

On commence donc par le B.

Le B = BESOIN: en gros, la question à se poser est "mon achat répond-il à un besoin? Et si la réponse est OUI,  à quel besoin?

Le I = IMMEDIAT. Le besoin auquel répond mon achat est-il IMMEDIAT. Concrètement, dois-je acheter ICI et MAINTENANT ou est-il possible de reporter mon achat? Ce report peut notamment permettre de trouver d'autres solutions (achat d'occasion, emprunt, location etc. )

Le S = SEMBLABLE. La c'est la question qui tue quand il s'agit de fringues: n'aurais-je pas DEJA des objets SEMBLABLES ou qui ont la même utilité...Là forcément, les accros au shopping (comme j'ai pu l'être) se posent et répondent forcément "ben si, mais pas de cette couleur, de cette forme, pour cette saison etc."....

Mais vient ensuite le O, pour finir son introspection de shoppeuse!

 

 

 

 

Le O = ORIGINE. D'où provient le bien que je vais acheter, comment a-t-il été produit, par qui? Et là, d'un coup le petit pantalon qui nous paraissait absolument indispensable nous semble beaucoup moins glamour quand on sait qu'il a fait 3 fois le tour du globe, qu'il a été fabriqué par des enfants (ou des jeunes adultes) dans des conditions sociales et environnementales déplorables....

Le U = UTILE. Ce produit va-t-il m'être utile? En gros, ne va-t-il pas finalement finir au fond d'un placard, à m'encombrer, pour finir soit à la poubelle, soit à la déchetterie, soit en vide grenier? Ne me dites pas que vous ne vous êtes JAMAIS trouvé dans cette situation!

 

 

 

 

 

Testez rapidement cette méthode et vous constaterez à quel point elle change notre manière de voir nos achats, et à quel point ils peuvent sembler inutile et compulsif parfois!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article